Bouleternère

Bouleternère Pyrénées-Orientales Occitanie

Voir le trajet

À la confluence du Ribéral et du Conflent  à découvrir  la commune de Bouleternère ~ Bulaternera et son village fortifié.
Arrosée par le Boulès et par le canal de Corbère,  Bouleternère tout comme sa voisine de Saint-Michel-de-Llotes présente dans la partie nord de son territoire un paysage de vergers et de maraîchage alors qu'au sud la végétation se partage entre forêts de chênes et  garrigue.
La rigueur des contreforts des Aspres mais aussi les crues du Boulès ont fait au fil des siècles déserter la population des petits hameaux montagneux au profit de plaine luxuriante en contrebas.


Le Col de Ternère ~ Coll de Terranera marque la limite entre les communes de Rodès et Bouleternère.   
Jusqu'au 9e siècle et à nouveau à partir de 1309, il fut considéré comme la frontière entre le Roussillon et le Conflent.
À ses pieds une carrière de marbre au lieu-dit "Les Pedreres" fut exploitée. Son marbre de par sa couleur rose ou rouge, flammée de blanc est très ressemblant à celui de Villefranche-de-Conflent.
Bien que les premières mentions de son utilisation n'apparaissent qu'au 16e siècle, il a été établi que le marbre de Bouleternère a servi pour la réalisation de la tribune-jubé du Prieuré de Serrabone au 12e siècle, et du cloître Sainte-Marie-la-Rodona à Ille-sur-Têt au 13e siècle, notamment.


Église Saint-Nazaire ~ Sant Nazari

Sur les terres de Bouleternère, on citera le village aujourd'hui disparu de Barbadell, ancienne possession du prieuré de Serrabona, qui se situait à environ 3 kilomètres au sud du village actuel. 
📷 ©El Caro



En rive gauche du Boulès, de nos jours seule à survécu la petite église Saint-Nazaire ~ Sant Nazari. Église à l'origine paroissiale, elle fut bâtie au 10e siècle et rehaussée au 11e.  À nef unique, c'est un petit édifice d'environ 9m de long dont l'abside est carrée. On notera au pourtour la présence d'un petit canal ainsi que de petits murets destinés à protéger le bâtiment en cas de crue.
Délaissée par la population, elle deviendra ermitage au cours du 18e siècle, avant d'être à nouveau oubliée.
À partir de 1997, grâce à l'association "Els amics de Sant Nazari de Barbadell", elle reprendra vie faisant l'objet de plusieurs campagnes de restauration. 
📷 ©El Caro



Vila Marcugano

En 951, une "Vila Marcugano" sera citée au nord-est du territoire de Bouleternère. Elle fut fortifiée au cours du 11e siècle afin de protéger la voie du Conflent ou Via Conflentana, voie d'origine antique et stratégique partant d'Elne et remontant le Conflent jusqu'au Col de la Perche. De nos jours, quelques vestiges de deux tours sont encore visibles au lieu-dit "els Escatllars".



Chapelle Santa Anna del Congost

Au nord-ouest du territoire et à proximité du défilé des Gorges de la Guillera une autre petite chapelle fut construite. 
Aujourd'hui située entre la RN 116 et la voir ferrée, Santa Anna del Congost fut bâtie sous le règne des Rois de Majorque entre 1387 et 1406.
📷 ©Claudéfà



Dédiée à l'origine à la Vierge Marie, puis à Sainte-Anne, elle possédait une statue de la Vierge à l’enfant datée du 14e siècle.
Placée un temps dans une niche à la porte sud de la ville, elle est depuis conservée dans l’église paroissiale Saint-Sulpice.
Elle est classée à titre d'objet aux Monuments Historiques depuis 1977.
📷 ©Claudéfà



Le village de Bulaternera sera mentionné pour la première fois dans les textes en 1008. Il est apparu dans un premier temps sous la forme de Bula, Bula de Conflenti en 1145 puis Bula de Terrena en 1303 certainement en référence aux terres noires et fertiles présentes sur le territoire. Il faudra attendre 1632 pour voir apparaître le toponyme  "Bulaternera".
📷 ©Mairie Bouleternère



Le village prendra naissance autour de son église paroissiale initialement dédiée  à Sainte-Marie ~ Santa Maria. Au cours du 13e siècle, celle-ci fut agrandie et une tour lui fut ajoutée apparaissant comme une tour d'hommage appelé "Castell de Bulaternera".

En raison de sa position stratégique entre les comtés de Roussillon et de Conflent, la cellera souvent convoitée sera fortifiée et renforcée par deux séries de remparts percés de portes fortifiées et renforcées de nombreuses tours. De nos jours on peut apercevoir quelques témoignages de la fortification, notamment les portes, rue de la Muraille, rue du Pati, rue de la Placeta et les tours  à l'angle du Camí Real et de la rue François Arago, ou bien Carrer de la Coma.
📷 ©ArnoLagrange



Au 17e siècle, l'église paroissiale d'origine Santa Maria sera  transformée en presbytère et l'église Saint-Sulpice ~ Sant Sulpici de style gothique sera construite sur un de ses flancs et son cimetière. 
La tour d'hommage de Santa Maria deviendra alors le clocher de la nouvelle église Sant Sulpici.
Lors d'un violent orage en juin 1891, l'église paroissiale et le presbytère seront frappés par la foudre endommageant le mobilier et notamment le retable de Saint-Sébastien du 18e siècle, les vitraux et des sculptures. Un début d'incendie sera stoppé grâce à la population. 
📷 ©Claudéfà



L'église Saint-Sulpice ~ Sant Sulpici conserve un beau patrimoine mobilier dont entre autres le retable du maître-autel, celui du Rosaire, la Vierge à l’enfant Notre-Dame del Congost, ...
L'ensemble de l'église est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1994.​



Carrefour du Moulin

En vous dirigeant vers le nord-est du village, rue François Arago, à découvrir la chute d'eau du Carrefour du Moulin ~ Cantonada del Molí où l'eau de la Têt conduite dans le canal de Corbère, alimentait au 18e et 19e siècle deux moulins, l'un à huile l'autre à farine comme en témoignent les deux meules exposées.